4 erreurs à éviter en investissant

Dans le cadre d’une bonne éducation financière, il doit être clair que l’épargne ne risque pas le capital initial au-delà de l’effet inflationniste, mais les profits sont minimes ; tandis qu’en investissant, nous augmentons considérablement les chances de réaliser des bénéfices en échange d’un plus grand risque.

Par conséquent, investir est une décision intelligente lorsqu’il s’agit de liberté financière, d’augmentation de la richesse et de la qualité de vie.

4 erreurs à ne pas commettre en investissant

Quels que soient les types d’investissements que nous réalisons, il est important de connaître les erreurs que les gens commettent en se lançant dans ce monde, afin de les prévenir et de minimiser les risques :

1. Vous n’avez pas de budget clair

La première chose que nous devons faire lors de l’allocation de notre épargne, dans tout type de marché ou d’instrument, est de définir les objectifs sur lesquels baser d’autres décisions importantes telles que le budget disponible.

Ce faisant, nous prenons soin de nos finances personnelles et sommes conscients du montant d’argent que nous pouvons perdre.

À ce stade, il est également pertinent de dire qu’il n’est pas conseillé d’investir tout ce que nous avons. De cette façon, nous éviterons d’engager des ressources pour couvrir les engagements mensuels et de faire face à des événements imprévus.

2. Commencez par un investissement trop agressif

En règle générale, les investisseurs les plus agressifs sont prêts à investir jusqu’à 80% en actions et à perdre jusqu’à 35% du capital, tandis que les plus conservateurs placent un maximum de 10% et ne sont pas prêts à perdre quoi que ce soit.

Bien sûr, dans le premier pôle, les gains sont plus importants que dans le second.

Ces stratégies agressives peuvent être appliquées à n’importe quel instrument, y compris l’investissement immobilier au Chili.Mais elles ne sont pas recommandées aux débutants car elles nécessitent, en plus du capital à perdre, de l’expérience, une connaissance approfondie du marché et une excellente gestion des émotions.

3. Investissez sans stratégie claire

Dans les stratégies d’éducation financière pour les investissements immobiliers, la nécessité de contrôler les dépenses, de préparer un budget personnel et d’établir la liberté financière comme objectif personnel est soulignée.

Bien entendu, le tout dans le cadre des objectifs et intérêts spécifiques de l’investisseur, ainsi que du profil de risque.

Lorsque nous suivons cette stratégie, nous pouvons décider quelles classes d’actifs inclure dans notre portefeuille d’investissement, ainsi que déterminer les attentes concernant les bénéfices, les échéances et les réinvestissements.

4. Pas familier avec les formes d’investissement disponibles

Sur les marchés, nous trouvons différents types d’investissements assez abordable. Se précipiter pour placer de l’argent dans n’importe quel instrument sans le savoir peut entraîner une perte d’argent ou ne pas répondre aux attentes souhaitées.

Certaines des options que nous avons sont:

Placements à revenu fixe

Placements en actions

Titres de créance émis par l’État.

Titres de créance émis par les entreprises.

CDT ou certificat de dépôt à la résiliation.

Actions.

Fonds d’investissement.

Investissements immobiliers ou immobiliers.

Chili investissement immobilier Cela peut être une excellente alternative tant que nous choisissons bien la propriété, en tenant compte de plusieurs facteurs tels que les conditions, l’emplacement, les projections de gains en capital et la demande de logements.

Nous considérons que, selon les experts, les propriétés augmentent de prix entre 5% et 10% par an, ce qui se traduit par 100% en 10 ans.

De plus, il est généralement très sécurisé, génère des flux de trésorerie grâce au crédit-bail, bénéficie d’avantages fiscaux et permet un effet de levier facile grâce aux hypothèques.

Dans tous les cas, nous devons choisir les instruments d’investissement de manière rationnelle, en laissant de côté les émotions et les tendances publicitaires, et en tenant compte de la stratégie d’investissement et de facteurs tels que le risque, le taux de rendement, les flux de trésorerie, le comportement historique du marché et les projections.

L’éducation financière continue ne fait jamais de mal et un précieux conseil accompagnant le processus.